Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de armelle darcel thomas


Jane du courti de dérèle a le bé fin

Publié par armelle darcel thomas sur 12 Juin 2011, 15:58pm

Catégories : #gallo

J’ m’en va vous parler de not’ Jane du courti de derèle.   Quaouan, vous la voïez sur le palitraï le dinmonche , o l’ée lin  d’êt’ prète à chèr’ dans un mousset. Bié haitante, o l’ée piantée sur sé deux piés, les deu mains croisées dans le do’, le sac naïr dans l’ creux du bras.  Ses deü z’ieüx tournent com des billes, o tourn la têt’ pour mieü  vaïr tchisqu’é là,  le menton haouau avec un bon sou’le goulié, le chignon bié serré. Son cotillon de garaou a mi  mollets, les bas de lane  en virvaou su’ les ch’villes. E p’ti  com’ les chaousses’ que mettent astour les danseuses à Paris pour danser  pour pas  lésser lou mollets ferdi. Astoure, les chaousses n’ont pas de pié et ils appélent éla des jambières, si seraïn pas en couleur, y r’ssembleraïnt a ielles que  mettin nos soldats en 14. 

Mée pour en r’venir à not’Jane, o laï bié en chair, ronde com’ un baraoü. O dé bié fair’ sa pérée ! Je cré bié qu’o la cor forci ces derniers taouans ! Quaouan o vous donne eun jaoutée, l’é tout lisse et l’a r’bondit. La seman’ vou pouez verre sa devantière bien tendue ! Vortié qu’à la messe, pendant que le recteü consomme son ostie, o pense à ce qu’o l’a mangé la semane ! E qu’o l’ée tcheurüe not’ Jane !

Ieun a deü seman’ aprée aouaïr mangé le filet, la fricas’erie de rognons, de  tchoeur, de cervel’  et de  saouciss frêche du pourcet.  Aprée  aouaïr fini le boudin et après aouaïr roucher les os o va au chernié. Où vous saï bié, vous trouvez  le jarret d’ssus, pé les pié, pé le lard. Mée avant ela, o se mang’ le sabot. Pour rin o monde o léseré la piace à eun aout’ pour esté morcet ! Bié tché avec des patates et eun bonne saouce tomate, lé un pia de ranne.

E pas qu’o l’ée féniante la Jane, o tient à son vent’. Rin qu’a verre tout ce qu’i faut pour manger ses galett’ le venderdi ! Bié sûr , il li faü compter su la vache pour  donner du lait. La sanne o l’a le pés jaoune, o dé êt’ bonne à beurre ! Faü cor hoblé le t’chu des gosses pour tourner la ribote et aouaïr du lait ribot. Tous lé jou’ ébécher les poules pour qu’o pond’ une bonne douzane d’œufs ! Pé le jeudi, jour d’avant, y a cor à entertenir le feu de la ch’minée pour tchère doucement les caillibotes au coin du fouyer.

Et pé, vaï ti tcheuque fouais essié de faire la pâte des gaoufes! Ben laï pas donner à tout le monde, faut saouaïr la batte, saouaïr quand o lé bonne sans coller au daï, sans êt trop filante non pu, car faut pas la nayer !! faut le sentir entre les daï, faut le verre avec les yeux et cor faut la goûter sans êt’ trop goulipaou car l’a rend bié  malade d’ en prendre trop san ét’ tchète ! O l’ém taoun les galettes,  qu’é tout le taoun  ielle qui prend le catichon ! 

E que pour se fair’ piézi, o lé bon tchuisiniér’, é pas de la palée qu’o vous fait, mé des bonnes saouces, o n’a jamaï léssé gratoner eune saouce !   E eune vraïe liche-pot, faut pas lésser perd’ tout de mém!

Souvent, pour rincioner, vous la voïez su’ la selliü de la porte, avec son bout d' pain , bié beurré avec le paeuce, un morcet de lard dessus et une échalotte et un caeutet dans l’aut’ main. E jamaï  o l’avale tout brandi, o prend le taouan.  Tout’ ercaoupie, o peü préparer le souper !

On n’l’a jamaï veüe ouillée, mé on la voïaï tout le taouan à mâcher tcheuque chose.  Oh cia ! eun fouaï !  o l’ z’eü dongié !  Vl’àt’i pas que li a  prin l’idée d’e c’mandé eun jarret dans un restorant. O l’a z’eü dans son assiette  un jarret de pourcé pour ielle tout’ soule. Cé ielle eun jarret é pour tout’ la famille !  Mée , tcheurüe com o l’ée, o l’a commencé à manger.   Vlà ti pas, qu’o trouv’ des grains enter la piau et la viand’. On aré dit de la sciur’. Imposib’ d’avaler !  Sûre de iele, o s’dit que le morcet a deü cherre dans la piac’ et i l’ont r’mis dans le pia ! O fait sign’ au mesieur à cravat’ avec un torchon su le bras pour montrer qu’il é le servant.   I la  prend de haout ! Et li  dit que le jarret é pané ! pas bacouenouz pour un sou, o n’a rin dit, mé  i l’on de drôl’ d’idée à la ville, tout come ! O l’ bié attendu tré pourciaux avant de r‘manger du jarret ! 

Com’ vous la saï astoure, not’ Jane, é bié eune gourmand’ mée é pas un pechiae, o l’ée tcheurüe n’ée pas eune goulipaou, o l’a   le bèc-fin, o travaille et o va verre monsieu le recteü tous les dinmonches !  Quaouan o va au restaurant, astoure o s’défie,  O préfér’ saouaïr ce qu’o mange et s’fair’ à manger à l’hôté, dans son  courti de dérèle!

Armelle Darcel Thomas

 

 

4 mai 2011

Ce texte a obtenu un prix au concours régional d'écriture en gallo le samedi 11 juin 2011.

Le thème du concours était les 7 péchés capitaux

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents