Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de armelle darcel thomas


Marie grant'choeur

Publié par armelle darcel thomas sur 17 Janvier 2009, 00:37am

Catégories : #gallo

La contée  que je va vou dir, né pas un fort à crère, mé eune dirie de notre coïn. Eune dirie  que j’é tout le taouan ouï dir cé nou,   dépès que je sé tout’ ptite,

 

é iel de  Marie Grantchoeur.

 

Comme y dise par cé nou, d’une écalée, d’une sautée, d’eune dériboulée o  poué allé à Saint Berieu  jusque deux fouaï par jou. Vère  dam  que  vère! que ce s’ré  par le bour de Piédran en passant par la côte de Margenta , la Crari, ou bié  par Craffouau   pour rejoind Tréfouai, o poué le faire a pié jusq’ daeux fouaï par jou ! 

 

Bien que y pas à dire,  vlà un fam qu’étai tout le temp prope su ielle, tcheuque fouaï o pernai mém les sabots de son bonhom parce que les sins étint tou couellou. Pasqu’o l’avé de grande tchettes et de  gran pié pour eune fam,   o fésai de grand écalée. Avec son cotillon de garrau et son gran sac naïr o fésai les commissions pour tou  le coin et pé o n’oublié rin. Quant i  fésai chaou, o métai un gran monchoué à son bonhom sur le haou de sa téte.

 

Vous ne saï vortiers pas maï n’été pas eune route tout du long. En partant de sé ielle,  fallé passer au travée de clossées  de jans, et avant d‘érrivé au Saout, par un chemin creü. Auousque poussaï de la liette, fallé soauté d’un rochié à l’aout parce qu’au mitan l’ieau dévalaï olva. Pé eune sent’ menaï jusqu’au  bour de Piédran. Aprée avoir longé la v’nelle du  clos à Thomas et di eune périèr en passant sü la tomb’ d’ses parents, o parté par la Brousse en longeant le boué de Piédran, le long d’eune chérière, pour r’joind les Landes. Au bas des landes, l’été pentu,  fallaï qu’o regard’ bien auiousqu’o mettaï les pié pour pas déribouler jusqu’au fon du dgerva ! Pé en bas de la côte de Margenta, o l’en métai un sacré cou pour monté olmont pour rejoind la Crarie. L’o pernai aprèe une sent’ en passant par Caouau, mé là o ne voaï pas grand mond de la ceunuë.

 

Tcheuque fouaï, o l’allé par Craffaoult, en saoutan  par sü  le ruset de la Villette, quand y avé pas de déri ! Pé,  il li fallé traversé le boué du comte avec tous les brus que la faïsé. Sans saouer si c’été l’vent, eune baïte, un ouésai  ou tcheuqueun qui voulé li faïr peur. E pas  qu’o l’étaï peurousse ! Mé person’ n’aï bié fiér, quand il ée tou soü, et qui ouaï la ferzée. Au bout du  boué, o pernaï au  d’ssous de la chappelle saint Nicolas, pour rejoind la Noé.  Pé la ! Fallé descend’,  y avé un p’ti t chemin en creü, tout en pente avec des broussées de jans et des caeutes. L’éte pien de meusse, de quaï déribouler olva. Pé, i fallé prend olmont jusqu’ le camp de Péran avant de rejoind une sent’ jusqu’Treffouai. Là,  par  eune aout sente, o passaï  entére les jaunées de g’nés avêque  tcheuque fouaï eune broussée de heussard.

 

Et pée, vous ne saï vortiers pa!  Mé !  O ne perdé pa de taoan à s’ébudorer!  Pasqu’o tricoté en mém taoan une pair de chaouset par jou. La p’lote de laine coincée sous le bra, tout à son émain,  le sac naïr su le coud’. Les daeu mains otchupées n’étin jamé o r’po. I ne   l’empécheïn pas de caouser avec iaeu qu’o ceuneussé  ou de ziuté dans  les claos pour vér tchisqu’avé chérrué ou s’mé ou si les vaches avin vélé . Si bié, qu’en revenan o l’arétaï dan les braïches ou sur le se de l’hus de la porte de l’hoté pout lou  dir ce qu’o l’avé veü dans sa tournée. Y en a mém qui échampiien au coin du clos en grabelllant dans la foriére ou o doué  pour li caousé, au r’tour. Méme que, les bés sales la trétin de « ouist en l’air », parsqu’o l’en disé  pu qu’le ouest éclair à l’époque.

 

  E ti pas maleureu y en a mém des malintentionnés qui la fésai allé à Saint Berieu pour une bobine de fi alor qu’il arin peue attend que Moro pass’ vende son fil mé nen nin y d’mandein à la Mari grantchoeur ! O ne disé jamée non! Tout le taouan préte à rende service et à fair plési.  Pasqu’mém si o l’été ouidouse o l’été bié serviab’e la fam !

 

Méme qu’eune fouaï, ya Mataou du vilaige d’à haou, qui li a donné a porté un pognée de fein pour eune maison de la rue du Gouet à Saint Bérieu.  Il li a di de lou demandé de r’garder l’échantillon et de dire s’il en voulin pour  pour lou vaches et qu’il aré prin la jument  le merquerdi de la perchaïne semaïn pour les livré. La Mari grantchoeur , pas maouvése pour daeux sous, li dit oui et s’en é allée  à la ville. O l’avé biau allé souven, mé été  puto du côté de gouédic. O n’allé pas souvent de l’aout coté. O ne savé pas que la rue du Gouet été iel des courou de nétée et des courrouéres. Si bié que quan o l’a présenté le pognée de fein à iel qui l’i a ouver la porte, Mari n’a pas tout de suit veu qu’o l’étaï tout’ appritée, ni qu’o n’avé qu’une cheminse sur le do et qu’o l’avé mi du san de lapin sur les lèves. O li a r’di s’qu’avédi Mataou du vilaige. Ben ! avan  mém que Mari ne vouai l’cou v’nir ! La fam li a retourné un pain de six liv su le coin du né,  qui l’a léssée tout ebernauedie. Eune machouérée qu’aré  méme foutu a ba iun de moïn  costau. Pé li a claou la porte o né ! E not Mari grantchoeur ? Méme si o l’a zeu deu ,  n’a z’eu qu’a met son monchoi la d’su ! O l’a  r’mis la pognée de fein dans son sac naïr et d’un écalé, d’une sautée est rev’nue au vilaige d’en haou, le tou dans la véprée.

 

 Ol’ ée arrivée à la breune de née, et o n’a mém pas prin le taouan de rincionner  avan d’allé r’masser ses vaches pour les traire. Une fouaiï les vaches  remassées et trétes, o l’aï rentré à l’hoté. Quant o l’a veu le mataou d’à haout, dans la saïrée,  faire son estafié, assis dans le ban du fouyé, caousant haou pour l’étaïner, pa maouvése pour deux sous ! O n’a rin dit ! Et  mém pas zeu la  présence d’esprit de li rend son   pain de six liv.

 

 

Le 17 avril 2007

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents